Zappa, les mots bruyants...

Il n'y a pas d'entreprise plus périlleuse (...) qu'être une mère (Richard Nixon). What's the Fuck, anyway ? (Frank Zappa)

02 février 2006

Grandir

"Je ne pense pas que la musique de Frank m'ait aidé d'une manière professionnelle spécifique. Elle n'éprouvait pas ma technique. Ce qui est arrivé, et ce qui arrive toujours pour tout le monde dans un challenge permanent et dans un contexte passionnant, c'est qu'elle m'a fait grandir. (Ian Underwood) Black Napkins
Posté par toutunfromage à 13:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

13 décembre 2005

Free form

"Mon principal intérêt était la musique de Frank. J'était totalement attiré par elle, c'était si passionnant. On ne faisait aucun show calqué sur les disques ou même sur les précédents concerts. Originellement, c'était toujours free form. On ne savait pas d'un soir à l'autre ce que l'on allait devoir jouer." (Ian Underwood -Keyboard - 1994) Black Napkins
Posté par toutunfromage à 13:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 novembre 2005

Les plaisanteries stupides et Stokhausen

"Dès que je les ai entendu (The Mothers), j'ai su que la musique de Zappa était ce qui se rapprochait le plus de ce que je recherchais - cette combinaison entre Stravinsky, Hindemith, Ornette Coleman, le blues, les paroles dingues, les plaisanteries stupides et Stockhausen. C'était exactement ce que j'aimais : une musique complexe et un humour bizarre." (Ian Underwood - Down Beat - 1977) Black Napkins
Posté par toutunfromage à 13:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]