Zappa, les mots bruyants...

Il n'y a pas d'entreprise plus périlleuse (...) qu'être une mère (Richard Nixon). What's the Fuck, anyway ? (Frank Zappa)

13 octobre 2005

Blackboard Jungle

xzappa012

"Je me souviens avoir vu Blackboard Jungle, avec ce titre qui apparaît à l'écran et Bill Haley qui, dans le même temps se met avec les Comets à débiter :"One, two, three o'clock, four o'clock rock..." C'était le rock le plus fort j'ais entendu. Je me souviens avoir été frappé de terreur. Dans les petites chambres poisseuses de toute l'Amérique, les gosses s'entassaient autour de vieux postes radio et d'électrophones bon marché pour écouter la musique sale. C'était leur style de vie : "Va dans ta chambre, si tu tiens à écouter cette saloperie... et baisse le volume au minimum".
Au cinéma, ils ne pouvaient nous dire de baisser le volume, quand is regardaient Blackboard Jungle. Je me moquais pas mal de savoir si Bill Haley était blanc et sincère... Il jouait l'hymne nationale des adolescents et c'était si fort que j'en faisais des bonds. Ca représentait une étrange sorte de reconnaissance de la Cause des Adolescents : ils ont fait un film sur nous, donc nous existons."

(FZ - The Oracle Has It All Psyched Out - FZ - Life - 1968)

21206639_p
Black Napkins

Posté par toutunfromage à 21:15 - Frank Zappa - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire